L'AFCVM : la mémoire pour devoir

             L'AFCVM est une association, voir une oeuvre créée en 1975 par Michel BOLAND vétéran de la 1ère armée du Maréchal DE LATTRE DE TASSIGNY, Jean Pierre THEVENON dit "la mascotte" vétéran de la 2ème DB du Maréchal LECLERC et Roger KARAMPOURNIS ancien résistant. De type loi de 1901 à but non lucratif. Son objet est la recherche, la restauration et la préservation de véhicules militaires anciens (périodes 1939-1945, indo et AFN ). 

Lettre de monsieur Roger KARAMPOURNIS, un des membres fondateurs de l'A.F.C.VM.

En 1954, la Normandie meurtrie continuait de panser ses plaies. Le premier de ces musées qui allaient consteller la région venait d'être inauguré à Arromanches (14), par Raymond TRIBOULET, premier Préfet des territoires libérés, devant ces caissons immergés, derniers vestiges du port Mulberry. D'innombrables chantiers se développaient pour remplacer les ruines causées par les batailles de la libération ou les bombardements alliés. Quelques façades encore debout portaient les égratignures des rafales de déflagrations reçues durant les derniers combats.

      Ce n'est qu'à la fin de juillet 1944, que la petite ville d'Houlgate (14) avait été libérée par la brigade belge du Major PIRON, sans avoir connue les violences de la guerre. Tout respirait le calme et c'était pour nous le point de départ idéal pour visiter, dix ans après, tous ces hauts lieux marqués à jamais par une multitude d'actes héroïques, ou empreints de tant d'émouvants souvenirs. Ma passion pour cette période exceptionnelle de notre histoire se nourrissait du fait que mes seize années m'avaient empêché de rallier cette Première Armée qui se renforçait d'éléments du maquis où j'avais séjourné quelques mois en compagnie de réfractaires du S.T.O. (1), et de mon cousin Nicolas, plus âgé que moi, qui avait eu la " chance " d'être incorporé au mont Valérien en septembre 1944, pour finir la guerre avec honneur (deux blessures) jusqu'en mai 1945.

      En particulier, chaque année le 06 juin, je retrouvais ces théâtres d'exploits illustres où j'identifiais le général GALE à Pegasus Bridge et madame GONDRE et son café plein d'émouvants souvenirs, quand je n'étais pas à Sainte Mère Eglise au milieu des survivants des deux divisions américaines qui arboraient avec fierté toutes ces décorations qu'ils avaient tant mérité.

      J'étais aussi très admiratif de ces véhicules militaires qui stationnaient là, je l'appris plus tard, conduits par des membres d'une association britannique qui revenaient sur ces lieux pour perpétrer le souvenir de cette épopée qui allait précéder la libération de l'Europe envahie par l'oppresseur allemand.

      D'où l'idée de créer une association française qui pourrait, à son tour, magnifier ces "outils " qui s'étaient révélés indispensables, maniés par de valeureux soldats, issus de plusieurs pays libres.

 

De retour en Seine et Marne (77) où j'habite toujours, je rencontre Michel BOLAND (décédé depuis) et quelques uns de ses amis et nous jetions les bases d'une association type loi 1901, et notre première démarche auprès de la préfecture de Seine et Marne (77) à Melun remonte au 25 février 1977, tandis que l'homologation définitive prenait place au 8 mars 1977.

Plusieurs années durant, l'A.F.C.V.M. (2), le nom choisi, organisa des rencontres, bourses d'échange, mais surtout chaque année ces " convois du souvenir " qui regroupaient de 30 à 60 véhicules, conduits par leur propriétaires adhérents à l'association, qui avait pour thèmes : les débarquements de Normandie et de Provence, la campagne d'Alsace ou la contre-attaque allemande des Ardennes en décembre 1944.
Ces convois étaient très difficiles à mettre au point, en raison notamment du nombre de départements traversés, des haltes à prévoir, des incidents dont étaient souvent victimes les véhicules, ou des réceptions.

  

Les années passèrent et ayant perdu de vue des responsables comme messieurs BOLAND ou THEVENON, c'est mon petit-cousin Nicolas, le fils de mon compagnon de 1944, qui me fit parvenir la coupure de presse du journal " Les nouvelles ", datée su 1er septembre 2004, où un article relatait la libération du village de la Boissière Ecole, survenue 60 ans auparavant, et rendait compte de la présence de l'A.F.C.V.M. parmi les cérémonies commémoratives.

C'est avec un immense plaisir, que je découvrais une A.F.C.V.M., conduite par son Président Michel ARGENCE, association qui vivait toujours, et que ses réalisations rapportées son bulletin " Hell On Whells " étaient dignes de tous les éloges.

 

Je souhaite que l'AFCVM continue longtemps à prospérer, témoin pour nos enfants du devoir de mémoire.

 

Roger KARAMPOURNIS


(1)      : S.T.O : Service du Travail Obligatoire
(2)      : A.F.C.V.M. : Association Française des Collectionneurs de Véhicules Militaires.

 



afcvm_cr_activites_decennal__1975_1985_ par Michel BOLAND

Michel BOLAND
Michel BOLAND

afcvm_programme_sortie_11.11.78

convoi du souvenir 1977
afcvm_convoi_du_souvenir_1977.pdf
Document Adobe Acrobat 3.5 MB
afcvm_convoi_su_souvenir_1978.pdf
Document Adobe Acrobat 5.9 MB

1976 : Revue la Gazette des Armes n°39 qui parle déjà de l'AFCVM ( "souvent imitée, jamais égalée" )

Paris revit sa libération Depuis notre numéro 38 de mai dernier, vous êtes au courant du grand événement qui va animer la capitale le 25 août 1976 et fera souffler sur la Normandie, l'lle-de-France, la Champagne et la Picardie le vent chaleureux de la Libération : un convoi de 150 véhicules militaires alliés de la Seconde Guerre mondiale, en marques et camouflages d'époque, montés par plusieurs centaines d'hommes d'équipages en tenue. La genèse : L'idée initiale du "convoi du souvenir" revient sans conteste à nos amis britanniques, et en particulier à Peter Gray, secrétaire général du Military Vehicle Conservation Group, association regroupant outre-Manche les passionnés de véhicules militaires anciens. En 1974, le M.V.C.G.frappait son premier grand coup en France à l'occasion du 30° anniversaire du débarquement de Normandie : les plages et les hauts lieux des premiers combats de la Libération avaient retrouvé pour une semaine la chaude ambiance du mois de juin 1944, avec une foule de véhicules britanniques, canadiens et américains progressant sur les routes et bivouaquant sur les places des villages. En été 1975, le scénario se répétait, mais prenait pour cadre la "Voie de la Liberté" : le convoi s'enfonçait à l'intérieur des terres et couvrait l'ensemble de la Normandie. Nous avons publié dans notre numéro 32 un reportage en couleurs à ce sujet. La suite logique de ces deux manifestations devait être bien sûr Paris, qui sera cet été le "clou" du parcours emprunté par le convoi, avec pour étape finale la ville de Reims et la célébration de la victoire de 1945 (voir détail du parcours dans notre précédent numéro). En 1974 et 1975, la participation française aux deux convois, bien que réelle, avait été réalisée à titre individuel, sous l'organisation unique du Military Vehicle Conservation Group. Cette année, il en va tout différemment et le M.V.C.G. est largement épaulé par un comité d'organisation français qui, sous l'action dynamique de Jean Thévenon et de Jean-Pierre Martinetti, a pu s'assurer notamment de la plupart des autorisations nécessaires sur Paris et sa périphérie, et du concours des pouvoirs publics pour la bonne marche du convoi. Deux associations françaises : Parallèlement à l'organisation propre du convoi, Jean Thévenon et Jean-Pierre Martinetti ont créé récemment l'Association française des collectionneurs de véhicules militaires (A.F.C.V.M.) qui a pour but de regrouper les propriétaires d'un ou plusieurs véhicules (en état de marche ou en pièce statique), ainsi que les amateurs de "motorisation militaire", sous les formes les plus diverses que peut revêtir cette spécialité (collection de photos, documents, maquettes, etc.) La création de cette association, annoncée depuis notre numéro 38, a déjà reçu un accueil extrêmement favorable auprès des amateurs qui, trop souvent dispersés sur le territoire national, n'étaient pas parvenus jusqu'A présent à entrer en contact avec d'autres collectionneurs animés du même intérêt pour les véhicules militaires historiques. A ce sujet, nous nous devons de rectifier une information donnée dans le même numéro de la Gazette, selon laquelle il n'aurait existé aucune association similaire. En effet, le G.A.M.T.A. (Groupement des amateurs de moyens de transport anciens) comprend depuis deux ans une 7e section regroupant les amateurs spécialisés dans les véhicules militaires. Le responsable de la 7e section du G.A.M.T.A. est le docteur Martini, et le siège de l'association est 116 bis, avenue des Champs-Elysées, 75008 Paris. Les activités du G.A.M.T.A., et plus particulièrement de sa 7e section, se traduisent notamment par des rallies en tous terrains où les véhicules peuvent évoluer dans leur milieu naturel en "quittant les sentiers battus". Une coexistence fructueuse : Les deux asso-G.A.M.T.A. et A.F.C.V.M., poursuivent des buts voisins, mais cette dualité n'est certainement pas un obstacle au développement et à l'épanouissement de la collection de véhicules militaires historiques en France. Au contraire, elle permet de satisfaire à la demande croissante en ce domaine et d'accueillir, au gré des affinités ou des options de chacun, le plus possible d'amateurs et de passionnés, d'autant que les doubles adhésions ne sont pas exclues. Le seul point primordial réside dans une entente sans réserve entre les deux associations chaque fois qu'il s'agit d'un projet de dimensions nationales ou internationales, comme c'est le cas pour la Libération de Paris 1976. Si vous n'avez pas encore pris contact avec les responsables du comité d'organisation pour une participation active à la "Libération de Paris 1976", nous vous rappelons les adresses où vous pourrez les joindre : Jean Thévenon, 36, rue du Château, 77400 Dampart. Té4 430-04-61. Jean-Pierre Martinetti, 4, avenue di ? Bretagne, 94320 Thiais. Tél. 684- 77-82. De fait, les contacts pris récemment entre elles dans les locaux de la Gazette se sont avérés fructueux et augurent bien de la réussite complète de la Libération de Paris 1976. Le G.A.M.T.A. participera effectivement au convoi, avec plus d'un tiers de ses membres, tandis que l'actuel comité d'organisation, représenté par les fondateurs de l'A.F.C.V.M., en poursuivra jusqu'A son terme la préparation, avec le soutien et l'appui de tous. Il ne reste plus qu'A leur souhaiter bonne chance, et à vous inviter à venir nombreux participer à la grande manifestation, au coeur du convoi ou au bord de la route... Et n'oubliez pas, ce n'est pas tous les jours que vous pourrez assister à pareil spectacle ! Les libérateurs en G.M.C., accueillis per ha population parisienne. (Photo Roger-Viollet.) 49

 

1977 : Bourse Militaria à BARBIZON par l'AFCVM

LA BOURSE DE BARBIZON La bourse d'échanges organisée par l'A.F.C.V.M. à Barbizon, le 17 décembre 1977, a obtenu des résultats des plus brillants : des centaines de visiteurs, 24 stands d'exposants venus des quatre coins de France. A noter le stand particulièrement intéressant tenu par MM. de Saint-Marc et Raoul Verry, qui présentaient des vêtements U.S. d'époque, directement importés des U.S.A. ; un side-car type Russie fut négocié à 7 000 F ; une jeep Ford amphibie proposée à 40 000 F, etc... Devant ce succès, l'A.F.C.V.M. renouvellera cette opération chaque année à la même époque. Sachons qu'au cours de son assemblée générale, la nouvelle composition du bureau a été mise en place. 1978 sera pour l'A.F.C.V.M. une année importante. Le programme de l'A.F.C.V.M. se compose de deux manifestations : - Rassemblement dans la Sarthe, d'un mini-convoi, lors d'un week-end, courant mai ; - 3e convoi du souvenir ayant pour cadre principal les ouvrages de la ligne Maginot. Fin probable en Belgique, début août. Renseignements : R. Karampournis, les Alouettes, 4, rue Antoine-Barge, 77630 Barbizon. - Tél. : 066-41-98. 

AFCVM "CONVOI DU SOUVENIR 1978"

AFCVM "CONVOI DU SOUVENIR 1980"

LE CONVOI DU SOUVENIR 1980 L'idée nous est venue cette année de jumeler le "Cinquième convoi du Souvenir" avec une visite de la Suisse, pour répondre à une invitation faite de longue date par nos amis J.-P. Aermi, Courvoisier de Boudry, et Gérald Meyer de Recorvilliers. Ainsi avons-nous eu une concentration de véhicules intéressante et un agréable séjour touristique. "Le Convoi du Souvenir" par lui-même se déroulant ensuite de Mulhouse à Colmar par les Vosges et la route des Crêtes. Partis donc de Barbizon, nous gagnâmes en trois jours Pontarlier, ne manquant pas de visiter au passage l'école du jeune Bonaparte à Brienne, le champ de bataille de 1814 de la Rothière, le très beau musée régional du château de Champlitte, la citadelle de Besançon et le nouveau et très intéressant musée de MM. Crottin et Revillard, sur la Seconde Guerre mondiale qui possède des raretés dont plus de soixante-dix mannequins, y compris des Russes, et qui est installé sur la commune de Beure. Attendus par une foule nombreuse et quinze véhicules suisses à la frontière, nous fîmes une entrée et un parcours au milieu d'une population sympathique et enthousiaste tout au long de la route. "On se serait cru à la Libération", disaient quelques Anciens. Défilés, dîners, soirées dansantes, verres de l'amitié se succédèrent pendant deux jours, interrompus par des bains dans le lac, une présentation du matériel à l'armée suisse et à la population à l'arsenal de Colombier. Puis, pour finir le deuxième jour, une étape en haute montagne au milieu des vaches et du tintement de cloches par un chemin invraisemblable ou même le "Duck" arriva à monter et surtout... à redescendre. Attendus par les Anciens de Rhin et Danube à la frontière, nous nous installâmes pour deux jours à Mulhouse où nous visitâmes l'extraordinaire musée du Chemin de Fer, le musée de l'Impression sur tissus, etc. Quelques véhicules et les Anciens du Convoi participèrent un soir à une cérémonie combien émouvante au cimetière militaire de Vallons. Le "Vieil Armand" nous accueillit ensuite pour une visite de ce haut lieu de 1914-1918 sous la conduite de M. Thierry du club vosgien d'Histoire militaire. Trois heures de marche passionnante, au milieu des abris, tranchées et ouvrages pratiquement intacts après soixante ans. L'escalade des Vosges se poursuivit par le Grand Ballon, la route des Crêtes, puis la descente sur Colmar, où nous passâmes deux jours en visitant cette superbe ville ; enfin Neuf-Brisach, Mar- Le convoi du souvenir A.F.C.V.M. 1980 sousrceil placide d'une spectatrice inattendue. colsheim, Jebsheim, Grussensheim et toute la bataille de "la poche de Colmar- de janvier-février 1945. Le dernier jour, une cérémonie officielle eut lieu, avec dépôt de gerbe de l'A.F.C.V.M. au cimetière militaire de Sigolsheim où reposent deux mille soldats français tombés pour la libération de Colmar. L'après-midi, visite de Riquewhir, Ribeauvillé et du Centre d'acclimatation des Cigognes. Le soir, un grand dîner d'adieu avec des Anciens venus de Mulhouse et d'ailleurs, nous réunit tous dans la superbe salle voûtée du château de Reichenstein à Kintzheim, après lequel nous préférâmes coucher sous les remparts de ce charmant village alsacien ! Au réveil, chacun repartit chez soi : qui à Marseille, Lyon, Paris ou ailleurs... En résumé, un convoi très réussi, un séjour en Suisse sympathique, des choses intéressantes, des moments émouvants et d'autres amusants et tout cela sous le grand soleil ! Les véhicules furent extraordinaires, si ce n'est un câble d'embrayage de jeep effiloché, et rapidement changé ; c'est tout ce qui arriva en 1 600 km dont quatre cents de montagne ! A l'année prochaine pour les Ardennes françaises, la Ligne Maginot, la Basse- Alsace, les champs de bataille de 1870 et 1940 et la visite d'une grande unité en Allemagne. Renseignements : Michel Boland, A.F.C.V.M., 78940 Millemont. Tél. : 486-41-97. (Cliché A.F.C.V.M.) 13

2005, article sur l'AFCVM à ARROMANCHES dans la revue VEHICULES MILITAIRES n° 04

Relations publiques AFCVM ET 1ER IICITM. FIDÈLES À COLLEVILLE ET ARROMANCIIES, LE G JUIN Normandie 6 juin 2005, la côte est calme et les manifestations commémoratives très "discrètes". Le devoir de mémoire se limiterait-il aux grands anniversaires du jour J comme le 60É— ? Ce n'est pas ce que pensent deux clubs de collectionneurs parmi les plus fidèles à la mémoire des soldats alliés tombés pour notre liberté : l'AFCVM (Association Française des Collectionneurs de Véhicules Militaires) et le le'BCVM (Bataillon des Collectionneurs de Véhicules Militaires). En 2005, les deux clubs avaient choisi de combiner leurs moyens pour marquer plus fortement encore la nécessité de se souvenir. Cela a permis de présenter un échantillonnage d'une trentaine de véhicules représentatifs de l'armée américaine de 1944. De l'agile Harley WLA aux " lourds " (Half-track DCA M16, Ward La France et Autocar 8144) en passant par presque toutes les variantes de GMC et le plus symbolique du lieu : le DUKW amphibie. Le 5 juin les deux clubs déposaient une gerbe au cimetière américain de Colleville. Parqués au coeur même de ce lieu si symbolique, les véhicules à étoile blanche des deux clubs, permettaient aux visiteurs de comprendre la puissance et la variété du parc militaire US d'il y a 61 ans ! Le 6 juin tous les engins étaient exposés sur la place d'Arromanches au centre des cérémonies commémoratives. La rencontre avec de nombreux vétérans britanniques autour des véhicules fut l'occasion d'émouvants échanges. Un impressionnant " convoi du souvenir " s'étirant longuement sur les petites routes alentour fut organisé l'après-midi afin d'aller à la rencontre des Normands. Tous saluèrent chaleureusement les Gl's et Tommies des deux clubs qui chevauchaient en grappe ces étranges machines vertes en un rugissant et joyeux hommage aux libérateurs.

Août/Septembre 2005 n°4 Véhicules Militaires Magazine 9

NDLR : consultez les photos dans la rubrique activités, année 2005