Rubrique "Trucs et Astuces" du Docteur DREKI notre Géo TROUVETOUT

Recettes et miscellanées du docteur Dréki

La rubrique « Faites le pour rien » du docteur Dréki

Dans la rubrique le docteur Dréki, un vieux bricoleur, un peu chimiste, un peu mécano, un peu électricien, etc.

Adepte du système D par obligation, faire tout avec ce que l’on a sous la main, pour rien ou avec un produit facile à trouver.

Beaucoup de produits du commerce sont préparés avec des recettes toutes simples, ou sont susceptible de s remplacés par un équivalent que vous auriez sous la main.

Par exemple, un décapant à peinture hors de prix est souvent basé sur une recette toute simple et à base de matières peu couteuses.

Le docteur Dréki se propose de délivrer quelques formules, recettes, tours de main, trucs et astuces pour la maintenance et l’entretien des matériels automobiles, uniformes et équipements. Les recettes peuvent être délivrées de façon aléatoire sur le site à la rubrique « docteur Dréki », ou demandées par le lecteur sous forme d’une question écrite. Une réponse sera apportée si le bon docteur est compétent dans la demande et si cette demande correspond à notre éthique, à nos démarches en termes de collection et conforme aux lois. Le docteur Dréki pourra aussi solliciter certains de ces confrères pour apporter des réponses au lecteur. Posez vos questions, nous tenterons d’y répondre avec pertinence.

Le docteur Dréki ne souhaite pas enfreindre les lois sur l’exercice illégal de la médecine, il ne pourra pas vous aider en ce qui concerne la santé humaine ou animale.

Comment réparer un collecteur d'échappement ?

Docteur Dreki

Comment réparer un collecteur d’échappement

Les collecteurs d échappement subissent des déformations dues aux fortes contraintes provoquant souvent des fissures parfois très importantes. Heureusement, il existe des moyens de réparer un collecteur, soit par brasure ou par soudure. On peut citer aussi une autre méthode, dite « point de chainette », longue et compliquée, cette technique n’est plus pratiquée que par des esthètes de la mécanique à l’ancienne ou des mécanos contemporains de Napoléon III, cependant c’est beau et efficace.

Technique de soudure ou brasure d’un collecteur d’échappement en fonte.

La fonte

La fonte est alliage de fer et d’une forte proportion de carbone (2,1 à 6,6% C). Le fer pur, pratiquement sans carbone, est malléable, il se tord, se déforme sans casser et se soude à lui-même avec facilité. C’est justement parce qu’il se tord facilement et manque de dureté qu’il ne sert pas à faire des outils de coupe ou tout autre usage requérant dureté et élasticité. Pour avoir ces qualités, on utilise l’acier qui contient une proportion de carbone entre 0,02 et 2% C. Au delà de ces teneurs en carbone le métal obtenu est de la fonte. La fonte comme son nom l’indique est obtenue par fusion (1100 à 1300° C). La fonte n’a aucune souplesse, mais une bonne rigidité, elle est surtout très économique.

Les objets en fonte sont produits par coulée dans un moule, généralement en sable. Le moulage est une technique très rentable pour l’industrie, car le modèle étant fait on peut reproduire des séries importantes à faible prix. Il suffit seulement de rectifier les parties devant être en contact mécanique, le reste peut rester brut de fonderie. Le mobilier urbain, les bâtis de machines, et les chauffages domestiques ou industriels sont en fonte. Malgré toutes ses qualités, la fonte est une vieille grand-mère : fragile, manquant de souplesse, elle casse aux efforts de traction de flexion et d’allongement. Les chocs mécaniques ainsi que les chocs thermiques sont donc à éviter.

 

Brasure

La brasure est une technique par laquelle on assemble les pièces par une liaison avec des métaux différents sans fusion des bords. Un métal fusible est déposé par fusion sur le métal à assembler. Exemple du laiton sur du fer, ou, un bronze phosphoreux pour la tuyauterie de cuivre. Dans tous les cas, le métal de la brasure à un point de fusion inférieur à celui de la pièce à braser.

Il existe plusieurs types de brasure en fonction de leur point de fusion, lequel est directement lié à l’alliage des métaux utilisés. Il existe donc une variété de brasures choisies en fonction des métaux à braser, déterminant les paramètres tels que : température de fusion, résistance de la liaison. Lorsque l’on doit braser ou souder une pièce en fonte, il faut particulièrement tenir compte de la dilatation.

Pour un collecteur, la pièce étant de la fonte, les contraintes d’usage étant une haute température, on choisira une brasure au laiton dont les températures de fusion vont de 700 à 1180°C, ou les mélanges titane cuivre nickel qui va de 600 à 900°C (plus cher).

Soudure ou brasure de la fonte

Un collecteur en fonte peut être réparé, pour cela, il faut respecter quelques principes.

  1. Stopper les fissures

  2. Chanfreiner

  3. Décaper

  4. Brider la pièce

  5. Maintenir une chaleur

  6. Laisser refroidir lentement

Procédure

1 Stopper les fissures en perçant un petit trou à l’extrémité des fissures pour éviter qu’elles se prolongent.

 

2 Chanfreiner les fissures pour aider le métal de la brasure à pénétrer et élargir les surfaces de contact.

 

3 Décaper l’endroit des brasures ou soudures, les oxydes ferreux viendraient gêner les liaisons brasure fonte, il faut décaper les surfaces à braser avec brosses métallique, meule, ou un décapant chimique (juste avant le travail), exemple acide phosphorique.

 

4 Brider la pièce sur un support rigide car chauffer sur une surface réduite, provoque une déformation, c’est ainsi que l’on procède pour reformer des tôles de fer en carrosserie. Avant de chauffer le collecteur il faudra avoir bridé celui-ci sur une forte plaque de fer percée aux endroits prévus pour les fixations du colleteur. On le bridera sur la plaque comme il le serait sur le bloc moteur. Cette précaution évitera toute déformation que provoquerait la chauffe lors de soudure ou brasure.

 

5 Maintenir la température du collecteur suffisamment élevée de façon à aider la brasure à pénétrer par capillarité et éviter les chocs thermiques. Lorsque c’est possible on aura intérêt à construire un petit muret en briques ou pavés de béton cellulaire (Siporex) autour du collecteur. Remplir de charbon de bois, allumer et envoyer un courant d’air pour monter à température. Dès que la température est suffisante 400, 500 °C, procéder à la brasure. Il en sera de même si l’on choisi une soudure à l’arc avec baguette spéciale fonte ou inox. Il faut souder une pièce chaude !

 

6 Laisser refroidir lentement sous couverture. La brasure ou soudure terminée, couvrir la pièce chaude avec de la cendre de bois sèche ou des grains de vermiculite bien sèche. Cette couverture va permettre un refroidissement lent, évitant ainsi les craquements et fissures que provoquerait un choc thermique que la fonte ne supporte pas.

 

Toutes ces opérations peuvent sembler contraignantes, mais c’est le prix à payer pour une réparation pérenne. Un collecteur en acier ou en fer ne se fissurerait pas, mais il est compliqué à réaliser.